Pour ou contre l’égalité des sexes à tout prix ?

photos amoureux restaurant

Si les mentalités ont beaucoup changé depuis le combat mené par nos mères et nos paires dans les années 60 et 70, on n’a pas fini de se battre pour l’égalité salariale entre hommes et femmes. A l’occasion de « L’Equal Pay Day » (le 14 mars), l’application de rencontre Twoo a révélé des chiffres qui en disent long sur le chemin parcouru comme sur les aspirations des femmes d’aujourd’hui… tous âges confondus.

Quel est le prix à payer pour l’égalité des sexes ?

Comment les hommes et les femmes gèrent-ils leur budget et leur indépendance financière ? L’homme doit-il toujours régler l’addition lors d’un premier rendez-vous ? Qui gère les comptes à la maison et qu’en est-il des comptes joints ? Il y a quelques années, la réponse à ces questions aurait été évidente…  Mais, de nos jours, 56% des femmes Belges sont pour le partage des comptes dès le premier rendez-vous. Alors, qui paye l’addition ? Muriel Robin sort de ce corps…

Mise en situation : Après un somptueux dîner aux chandelles, le serveur arrive avec l’addition. Romantique, vous n’y pensez peut-être pas, mais la façon dont vous gérez l’addition lors du premier rendez-vous reflète votre niveau « d’indépendance financière ». Et, devinez quoi ? A peine 10% des femmes s’attendent à ce que l’homme prenne en charge la facture. Pour aller encore plus loin, 55% des femmes préfèrent partager l’addition. Cette tendance peut se ressentir également chez les hommes. Un quart des participants de sexe masculin est pour le partage de l’addition. 50% opte pour la solution traditionnelle où l’homme paie tout. Cela est particulièrement vrai pour notre génération avec 57% des hommes qui trouvent qu’il est normal de régler l’addition lors d’un premier rendez-vous. Chez les plus jeunes, le pourcentage est légèrement inférieur (49%). Mais seulement 12% des femmes de notre âge attendent de l’homme qu’il paie, contre 9% chez les jeunes femmes… « Nous pouvons en conclure que les femmes exigent une plus grande indépendance financière et plus d’égalité. » déduit Lien Louwagie, porte-parole Twoo. A nous de se demander si la galanterie ne serait pas en voie d’extinction ?

En fait, la tendance s’observe non seulement dans les restaurants, mais aussi au sein même des couples, dans leur vie de tous les jours. On ne parle donc plus de galanterie mais d’émancipation !  En effet, 63,7% des femmes sont pour un partage égal des dépenses du ménage, même si le conjoint gagne plus. Les chiffres montrent également que les femmes veulent une plus grande indépendance financière. Donc, 37,5% des femmes ne veulent pas de compte joint, alors que seulement 14,3% des hommes s’y opposent. Parmi les femmes qui préfèrent encore un compte partagé, 74% d’entre elles affirment avoir le contrôle du budget, tandis que du côté des hommes ce chiffre est 53% inférieur. Erreur de calcul ou de perception ? Ceci expliquerait cela…

Vous aimerez aussi l’égalité des sexes, parlons en !